Second tour : un médiocre débat entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron

jeudi 

4 mai 2017 à 18:47

.

D.R.

D.R.

Ce fut un débat de triste spectacle, un fort mauvais exercice démocratique : aucune pédagogie et peu de maîtrise de soi. Les Français n’ont rien appris qu’ils ne savaient déjà, tant sur le « caractère » des candidats que leur « projet » respectif. Leur doute politique croît.

Pas de pédagogie politique donc, beaucoup d’agressivité et de rires incompréhensibles de la part de Marine Le Pen, et que d’arrogance injustifiée avec Emmanuel Macron. La France sort amoindrie de ce débat, dont la médiocrité est sans précédent. Il y a quarante-deux ans que je suis engagé politiquement, c’est de mémoire le premier débat qui soit d’une aussi faible qualité. Nous ne cessons de le dire, la médiocrité est partout à l’œuvre. Après les limites de Nicolas Sarkozy et François Hollande, le prochain Président de la République aura le grade (titre) mais certainement pas la culture présidentielle, si bien incarnée par Charles de Gaulle, Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand et Jacques Chirac.

Certes, hier soir, les deux candidats n’étaient pas de même niveau. Mais aucun d’eux n’avait le niveau requis pour une présidentielle française.

Marine Le Pen a rapidement laissé deviner sa stratégie, qui comprenait trois phases tactiques. Tout d’abord, énerver ou irriter son adversaire. Mais au bout d’une heure, elle était vidée et semblait ne plus avoir d’énergie. Son intention initiale se retourna contre elle. Ensuite, acculer Emmanuel Macron à défendre la loi El Khomri (bilan du gouvernement Hollande – Valls) et le décrire comme le représentant de la haute finance, pour envoyer un signal clair aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon. Elle y est parvenue mais, étonnamment, n’a pas su en tirer un bénéfice immédiat. Enfin, sur les questions de sécurité intérieure et de l’islam radical, elle recherchait les électeurs de François Fillon. Elle a incontestablement mis en difficulté son adversaire.

Mais, enfermée dans cette stratégie-là, elle a négligé voire oublié trois points essentiels.

En premier lieu, qu’il s’agissait d’un débat présidentiel et que, par conséquent, il fallait être ou faire présidentiable. Elle a montré qu’elle ne connaissait pas (ou alors bien peu) ce qu’est le protokollon d’État (voir nos travaux). À cet égard, elle ne s’est donc pas montrée à la hauteur de l’institution et de la fonction présidentielles (Titre II, articles 5 à 19 de la Constitution). Il est stupéfiant de constater que ce point lui a échappé, alors même qu’il aurait dû être le cœur de sa stratégie et qu’elle aurait dû construire tout ce débat autour de ce point capital.

En deuxième lieu, elle a lourdement confondu « conversation » (entretien) et « dialogue », pour reprendre ici la célèbre distinction que Hegel a établi à propos de la méthode didactique de Platon. Citons-le :

« Un […] dialogue n’est pas une conversation ; dans celle-ci, ce que l’on dit s’enchaîne de façon contingente et il doit en être ainsi, – le sujet ne saurait être épuisé. On veut s’entretenir ; c’est là une contingence ; l’arbitraire des inspirations est la règle. Si on considère leur introduction, les dialogues [de Platon] eux aussi se présentent parfois à la manière de l’entretien, avec l’aspect d’une progression contingente ; mais ils deviennent par la suite le développement de la chose en question, et l’élément subjectif de la conversation disparaît, – chez Platon il y a dans l’ensemble une belle progression dialectique, une progression dialectique conséquente. Socrate parle, dégage un résultat, déduit, fait progresser sa propre argumentation, ne la présentant sous forme de question que par le tour extérieur qu’il lui donne ; la plupart des questions sont formulées pour obtenir de l’autre une réponse par oui ou par non. Le dialogue semble être ce qu’il y a de plus indiqué pour exposer une argumentation… »
(Hegel, « Platon », in Leçons sur l’histoire de la philosophie, t. 3, La philosophie grecque, Vrin, Paris, 1972, pages 401-402).

Ce fut donc la plus grande erreur de Marine Le Pen, que de n’avoir pas construit un « dialogue ». Emmanuel Macron se serait effondré, puisqu’il ne peut ni ne sait supporter un échange dialectique soutenu. Et toute la vacuité de son « projet » eût été mise au jour, dévoilée.

Autre conséquence majeure, si Marine Le Pen avait aménagé un « dialogue » socratique, elle n’eut pas versé dans l’agressivité ou le ricanement, ce qui ne sied pas à un prétendant à la magistrature suprême. Au reste, Hegel a bien raison de rappeler, dans les mêmes pages, pourquoi la politesse et les urbanités (qu’il distingue) sont des préalables (conditions nécessaires et suffisantes) pour qu’un « dialogue » ait lieu. Autrement dit, si Marine Le Pen a dérapé, c’est bien parce qu’elle a mené une « conversation » au sens que Socrate, Platon et Hegel donnent à cette notion. Nous n’avons de cesse de le dire, la classe politique française a perdu en matière de savoir-vivre et au plan intellectuel.

Parce que ce débat été une « conversation », il a été soumis à la « contingence ». Tout ne fut donc, de bout en bout, que contingence (succession de propos décousus de part et d’autre). Sous ce rapport, il convient également d’engager la responsabilité des deux journalistes, Nathalie Saint-Cricq (France 2) et Christophe Jakubyszyn (TF1), qui n’ont jamais su faire sortir les deux protagonistes de cette « conversation ». Sans doute ne savent-ils pas ce qu’est le « dialogue ».

La violence est inhérente à la fonction présidentielle. Mais elle se transforme en puissance, quand elle est maîtrisée. Rappelez-nous de la violence maîtrisée des deux débats présidentiels entre Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand, en 1974 et 1981. C’est que ces deux débats furent conçus comme des « dialogues », au grand bonheur du corps électoral. À cette époque, nous avions des hommes politiques éduqués. Ce qui n’est malheureusement plus le cas depuis 2007.

En troisième et dernier lieu, elle aurait dû se rappeler, pour en éviter les néfastes conséquences, de l’agressivité improductive de Ségolène Royal en 2007, face à Nicolas Sarkozy. Il est donc regrettable que les deux femmes qui ont été portées à un second tour des présidentielles en France n’aient pas fait preuve de maîtrise de soi. C’est un rude coup pour la cause des femmes.

Quant à Emmanuel Macron, il n’a pas brillé. Et il ne le peut que bien difficilement. Ses puérilités économiques que la presse dominante nous présente comme « géniales » révèleront bientôt leur caractère explosif, si jamais, vainqueur, il les mettait immédiatement en œuvre par ordonnance, c’est-à-dire avant d’avoir une majorité parlementaire.

C’est pourquoi, somme toute, ce débat fut presque nul et cela reste un signe inquiétant pour la République. En tous les cas, le tapage médiatique qui accuse Marine Le Pen d’avoir fait déraper le débat est encore un « cadeau » fait à Emmanuel Macron, qui dédouane nos deux journalistes et Emmanuel Macron. Mais il en va ainsi depuis un an. Espérons que la suite soit meilleure, pour la France et la République.

Tout jusqu’ici nous rappelle étrangement la présidentielle des 1er et 15 juin 1969, qui fut marquée par une poussée de près de 10% de l’abstention au second tour, portant ainsi l’abstention à un niveau record de 30%.

La mort de la Pensée, l’ascension du clan Le Pen

lundi 

27 mars 2017 à 16:12

.

Couverture - 1Je partage ici avec vous un autre extrait de mon dernier manuscrit, la Conspiration des Médiocres. Il sera disponible en version dématérialisée dans les jours à venir.

La droite ne pense pas. Qu’il en soit ainsi ! Mais la gauche, plus exactement la « gôche », elle, s’est évertuée, avec une rare patience, à tuer la Pensée. Elle y a aplati et élimé tout ce qui dépassait son horizon et la gênait. Ainsi, l’« avisement », qui désigne ici le droit et le devoir, pour tous, d’avoir des avis sur tout et rien, a-t-il subrepticement remplacé le Questionnement, qui demeure le propre de la Pensée. Plus rien, en effet, n’étonne, au sens que Platon prêtait à cette disposition essentielle de l’esprit et dont Heidegger et Jeanne Hersch fournissent une excellente présentation . Il aura fallu à la « gôche » un peu plus de vingt ans, pour y parvenir. Conséquence : la médiocritude, jusque-là à l’affût, est devenue écrasante dans la sphère publique et, au plan politique, a forgé les principales conditions de l’essor et du succès du Front National devenu le Rassemblement Bleu Marine.

Le temps des « aviseurs »

Au fond, et avant tous les autres, Daniel Cohn-Bendit et Jean-Marie Le Pen ont été les premiers à avoir perçu ce tournant et ressenti toute l’importance ultérieure que prendraient les « avis » dans la vie publique. Ainsi, envers et contre tous, ils ont martelé l’opinion publique avec leurs « avis », jusqu’à finir par les imposer, chacun dans son camp respectif et finalement à toute la nation. L’un, surnommé « Dany le rouge », a été et demeure le ménestrel des « avis », à gauche. Il a constamment œuvré au déclassement de la pensée et est parvenu à lui substituer la puissance de l’avis. Sur tout et sur rien, il énonce des avis qui valent non pas en raison de leur pertinence mais de leur ton vif et leur allure péremptoire voire sentencieuse. Sous ce rapport, Daniel Cohn-Bendit est le dernier représentant de cette force de la voix qui, sous la Révolution de 1789, organisa la « démocratie des poumons ». Il s’époumone à donner ses multiples avis. Libertaire jusqu’à en être libéral, parce que franc-tireur de la libéralisation des mœurs depuis le début de sa vie publique, il a cette capacité hors du commun de tout mélanger par impertinence, ce qu’il accomplit par la banalisation des pensées. C’est le ressort de sa propension à tout standardiser. C’est le raboteur de « gôche ».

« L’amour du plus prochain »

Jean-Marie Le Pen est l’autre grand « aviseur », le héraut d’Armageddon, l’annonciateur de la confrontation décisive. Sur le fond, sa conception de l’histoire universelle ne consiste qu’en une lutte des races-culturelles. C’est du Gobineau asséché.

Sur la forme, sa conception se caractérise par une double pauvreté intellectuelle, qu’il importe de prendre en vue successivement. D’un côté, des semblants de raisonnements de type apodictique, c’est-à-dire qu’on ne peut pas réfuter. En effet, ces raisonnements ne le sont qu’en apparence, car, à bien y regarder, ils ne comptent qu’une seule prémisse (affirmation posée au départ) dont la répétition enrichie (duplication à l’infini), sur fond de jeu de mots et d’analogie, n’est qu’un faux syllogisme (démonstration, raisonnement). De cette méthode-de-faux-raisonnement qui, à force d’être ressassé, finit par revêtir une allure de « vrai », l’exemple le plus éloquent est celui de la distorsion (déformation) du second commandement chrétien, l’amour du prochain , qui est littéralement transformé (altéré) en l’amour du plus prochain tel qu’exprimé dès le mois de janvier 1988 : « J’aime mieux mes filles que mes cousines, mes cousines que mes voisines, mes voisines que les inconnus et les inconnus que les ennemis. Par conséquent j’aime mieux les Français, c’est mon droit, j’aime mieux les Européens ensuite, et puis ensuite j’aime mieux les Occidentaux, et puis j’aime mieux dans les autres pays du monde ceux qui sont alliés et ceux qui aiment la France » .

Avant d’aller plus avant dans l’analyse de cette conception, notons deux éléments de curiosité. Tout d’abord, comment ne pas remarquer que cette formule à succès apparaît juste après le divorce de Jean-Marie Le Pen avec sa première épouse, Pierrette Le Pen, en 1987 ? Ensuite, fait intéressant, cette datation jette un éclairage nouveau sur la formule. Car, à l’écouter attentivement ou à la regarder de près, comment ne pas pointer un chainon manquant au cœur de cette formule qui gradue l’amour du plus prochain ? C’est l’épouse précisément qui disparaît, un peu comme si les « filles » n’avaient pas de mère. Jean-Marie Le Pen passe de ses « filles » à ses « cousines », en oubliant son épouse. C’est donc un acte manqué ou un lapsus révélateur.

La condensation : méthode cognitive du clan Le Pen

En tous les cas, outre cet aspect psychanalytique, on peut saisir sur le vif le procédé cognitif par lequel Jean-Marie Le Pen est parvenu à modifier et inverser la formule du second commandement du Christ non seulement pour lui faire dire l’exact contraire de son message initial, mais aussi et surtout comment il a réussi à en faire la première règle et le cœur de sa doctrine politique. Mais cette méthode cognitive resterait sans force, si elle ne s’appuyait pas sur une technique pédagogique particulière : la « condensation ».

D’un autre côté donc, selon une technique que, dans le domaine de la peinture, Daniel Arasse a appelé la condensation qu’il distingue, de manière claire, de la « confusion », celle-ci n’étant qu’une erreur involontaire, regrettable et susceptible d’être rectifiée. En effet, « une condensation, précise-t-il, on ne la fait pas forcément exprès, mais on ne la fait pas pour rien ». Autrement dit, comme « figure composite », idée hétéroclite, la « condensation » résulte d’une intentionnalité, d’une visée (Husserl). Mais alors laquelle ?

Daniel Arasse fournit un bel exemple de condensation, celui de la fusion de trois personnages historiques en une seule figure . Ainsi, juste après qu’il soit devenu Pape en l’an 590, Grégoire 1er fixera la figure de Marie-Madeleine en synthétisant les vies de Marie de Béthanie (sœur de Marthe et de Lazare), de Marie de Magdala (délivrée de ses sept démons par Jésus) et de Marie de Naïn (la célèbre prostituée qui, avec ses cheveux, lava les pieds du Christ).

Cette technique littéraire correspond aux fameuses « sédimentations symboliques » mises en œuvre par Michelet à propos de Jeanne d’Arc, la Pucelle d’Orléans, dont il a littéralement fabriqué une nouvelle image, comme le souligne Pierre Nora : « C’est au lendemain et à travers la mort de Mme Dumesnil [qu’il aimait] que Michelet va écrire, en particulier, Jeanne d’Arc, comme figure de sa résurrection [de celle de Mme Dumesnil] autant que de celle de la France […]

Le phénomène, ajoute-il, est d’autant plus extraordinaire que, jusqu’à Michelet, Jeanne d’Arc n’a représenté qu’une figure secondaire de l’histoire de France. C’est lui qui en fait un personnage central. Et ce qui est plus extraordinaire encore, c’est que cette construction historique n’est nullement fondée sur un bâti documentaire nouveau, et à l’époque consultable, mais sur une inspiration psychologique et un récit de révélation […]

Il a dressé une figure de vitrail, forgé une idée-force et c’est elle qui s’est historiquement imposée. Jeanne d’Arc est pour lui la première à avoir aimé la France comme une personne. Elle est la revendication du droit de la conscience individuelle contre la tyrannie de l’orthodoxie. Elle est la femme, la pucelle, l’ange et la sorcière. Elle est la victime de l’Angleterre […] Jeanne est la dernière forme de la « passion » du Moyen Âge, la dernière incarnation du christianisme. Jeanne est surtout la fille du peuple, elle est peuple et c’est pour le Peuple que Michelet a écrit ce livre peuple […] On n’en finirait pas d’énumérer les sédimentations symboliques et les projections personnelles dont Michelet a chargé Jeanne d’Arc » .

En conséquence, les sédimentations symboliques sur Jeanne d’Arc sont à l’historiographie de Michelet, ce que la condensation du thème de l’immigration est à la politique selon Jean-Marie Le Pen. Aussi, et en raison même de cette homologie de structure intellectuelle, ce n’est ni un hasard ni même étonnant que Jean-Marie Le Pen ait repris et imposé Jeanne d’Arc comme symbole de son mouvement, de la résistance et de la renaissance de la France. Il s’inscrit dans le sillage de Michelet.

Toujours est-il que l’on s’instruit et on saisit mieux le sens de cette méthode, lorsqu’on en vient à la question de son utilité. Daniel Arasse se demande « à quoi sert une condensation ? Ça sert, répond-il, à exprimer quelque chose qu’on ne peut pas dire ou penser, parce que c’est interdit. Ni possible ni permis. La censure, quoi. C’est à ça que ça sert, une condensation, à échapper à la censure tout en respectant ses conditions » .

Le lecteur averti l’aura d’emblée compris, en tout, Jean-Marie Le Pen ne fait rien d’autre que de la condensation. Et, comme nous l’avons vu, une notion sociodémographique, plus que tout autre, lui permet de tout condenser : l’immigration, problème auquel la seule réponse qu’il apporte est la doctrine de l’amour du plus prochain. En effet, cette notion, qui est une véritable « figure composite », rassemble en un seul vocable toute son islamophobie, son antisémitisme viscéral, sa négrophobie, etc. Il n’est donc aucune réalité, qu’elle soit d’ordre historique, politique, social, économique ou financière, qui, en définitive, ne soit pas ramenée à cette notion. Même ses déboires familiaux, y compris ses tensions idéologiques et politiques avec sa fille n’y échappent pas. Et l’ironie de l’histoire est d’assister au spectacle public de voir l’amour du plus prochain proclamé en 1988 se retourner, vingt-six ans plus tard, en la haine du plus prochain que sa fille lui applique, jusqu’à l’exclure du parti qu’il a fondé et qui se fonde sur l’amour du plus prochain. C’est une « péripétie », le renversement d’une chose en son contraire, eut dit Aristote.

Au reste, quand il évoque sa doctrine sociale, l’amour du plus prochain, Jean-Marie Le Pen en indique, de façon distincte et claire, l’origine psychologique : il ne ferait, clame-t-il, « qu’appliquer en politique ce qui est la règle élémentaire du bon sens » . L’immigré le plus lointain qui, étrangement, n’est jamais l’Asiatique mais toujours le Maghrébin musulman, vaudra toujours moins que l’immigré le plus proche, l’Européen chrétien.

Une doctrine économique de Vilfredo Pareto

Toujours est-il que, même si Jean-Marie Le Pen se garde bien de l’afficher, l’amour du plus prochain qu’il édicte, s’appuie et se nourrit d’une doctrine économique connue, le fameux optimum économique de Vilfredo Pareto, dont il n’est que la transposition ou le « reflet », aux plans de la morale et de la politique : toute amélioration de l’un nuit nécessairement à l’autre. Dans un article instructif, « La fontaine d’eau et l’optimum de Pareto » , Benoît Kloeckner a fait un bref et clair exposé de cette doctrine. Libéralisme et nationalisme obligent, donc, toute amélioration du sort des immigrés est une réduction directe de celui des Français. Sous ce rapport, les avantages accordés à ses « cousines » réduisent d’autant ceux de ses « filles », etc.

Nous connaissons donc la doctrine sociale ou antisociale de Jean-Marie Le Pen : l’amour du plus prochain. De même, sa méthode : la condensation-cristallisation. Tout comme son orientation théorique : un empirisme (recours aux faits) d’allure sceptique. Mais comment les met-il en œuvre ? Quelle est sa méthodologie ? On se souvient que, selon Daniel Arasse, condenser permet de ne pas « penser » et aussi d’éviter de « dire » ce qui, au regard de la loi, est répréhensible. Or cela, le héraut d’Armageddon le sait. Aussi, avec habilité, il ne répand sa doctrine sociale que par des dénigrements calculés et affinés, des allusions systématiques, des sous-entendus racialistes, des propos racistes, des calembours malveillants, des alertes angoissantes, de constants à-peu-près historiques, des traits d’humour provocateurs, et tout cela distillé quotidiennement dans le corps social. Il peut ainsi, et sans grand risque, affirmer ses « avis », tout en échappant à la « censure » et à la loi . De la sorte, quoique minoritaire et parce qu’actif, Jean-Marie Le Pen est parvenu à faire prévaloir et imposer ses principaux « avis » dans presque tous les débats publics qui, désormais, sont marqués de son estampille. Sa force est sa constance : ne jamais varier d’avis, dès lors que celui-ci est constitué. Condenser et répéter. Tout est à présent frappé d’un poinçon lepéniste. C’est cela même la « lepénisation des esprits », l’un des phénomènes majeurs de ces trente dernières années en France. Sous ce rapport, Jean-Marie Le Pen est l’illustration parfaite de la conception des « minorités actives » élaborée par Serge Moscovici .

 

© 2013 Pierre F. Tavares / Crédits