Épinay : la mairie cambriolée !

mercredi 

1 janvier 2014 à 17:45

.

Services de la mairie
1 rue Mulot, Épinay-sur-Seine (D.R)

Le « bon sens », si cher à Descartes, commande la question suivante : lorsqu’un maire ne peut protéger sa mairie, peut-il garantir la sécurité de sa ville et de ses administrés ou habitants ? En effet, hier matin, dernier jour de l’année 2013, a eu lieu un rocambolesque cambriolage dans les services de la mairie (annexe de la mairie) situés 1 rue Mulot, à 50 mètres du Commissariat et de l’Hôtel de ville, et à moins de 500 mètres des locaux de la Police municipale. On croit rêver. Car le fric-frac s’est déroulé en plein jour, aux environs de 9h30.

Au vrai, c’est un rude coup porté au système Chevreau, dont chacun peut constater la faillite complète. Car, il y a moins de six mois, cette section de la mairie a été dotée de deux caméras censées dissuader les voleurs ou permettre de les rattraper. La première caméra est fixée sur le pignon du service de communication et la deuxième sur le parking. Rien n’y a fait. Les cambrioleurs comme les trafiquants se gaussent des caméras dont la presque totalité  fonctionnent mal ou pas du tout.

Totalement dépassé par la délinquance, ce maire n’arrive même plus à protéger « sa » mairie. Dès lors, chacun comprendra maintenant pourquoi la délinquance est devenue si prégnante dans notre ville où les habitations et les commerces sont quotidiennement cambriolées.

En treize années de mandat, ce maire aura réussi à faire d’Épinay-sur-Seine une proie facile pour les délinquants, les cambrioleurs et les trafiquants de produits illicites. Quel gâchis !

La semaine dernière, en plein journée, Mme L.., habitante du quartier des Écondeaux, a été attaquée et son sac violemment arrachée, par deux jeunes arsouilles. Bilan : 5 jours d’hospitalisation.

C’est la faillite d’un homme, la banqueroute d’un système et la défaite de la droite locale.

© 2013 Pierre F. Tavares / Crédits